Raczak Hania

Mon grand-père Walenty Raczak en uniforme austro-hongrois
Livret militaire
Fiançailles de mes grands-parents Zofia Kopiec et Walenty Raczak Rzeszów 1916
Mémoires de guerre Walenty Raczak
Tickets de Tram Cracovie 1918
Tickets de Tram Cracovie 1918
1924 ou 1925.
Straszydle.
Debout à droite portant le chapeau, mon grand-père Walenty Raczak.
 
Il travaillait depuis 1923 en France et rentrait une fois par an au village pour y retrouver ma grand-mère et leur fils puis leurs deux enfants. Le voici en visite à Straszydle chez un de ses beaux-frères, Bonifacy Kopiec, l’homme debout à gauche avec une casquette.
 
C’était un des frères de ma grand-mère. Pour celles et ceux qui ont lu le roman Zofia, racines et destin, Bonifacy est également le jeune homme qui a été passé à tabac par des Cosaques de l’armée russe en voulant protéger ses sœurs. Quelques années plus tard, Bonifacy a lui aussi pris le chemin de la France avec sa famille mais il est rentré en Pologne par la suite.
 
Je ne sais pas qui sont les deux hommes assis.
Comme beaucoup d’immigrés Polonais, mon grand-père Walek s’est passionné pour le théâtre.
Sur la première photo, on le voit avec ses partenaires ( lui faisant semblant de jouer du violon).
Les troupes amateurs étaient soigneusement organisées, je joins le livret de statut qu’il possédait ainsi que son diplôme de théâtre amateur.
Un dimanche en balade du côté d’Escautpont en 1931 ( ?)
Mon grand-père, Walek Raczak, à droite, ma grand-mère Zofia au centre et leurs enfants Ignace et Stefcia ( ma maman). Parmi les trois hommes présents, Jean Wilk (?) , Josef Filip et un neveu: Janek Szczech .
Janek était le fils de Katarzyna Kopiec, une soeur de ma grand-mère. Il a émigré à 17 ans et a habité chez mes grands-parents quelques années avant de quitter le Nord pour s’installer à Roche-la-Molière dans la Loire.
Josef Filip était un de ses copains de Straszydle, il est venu travailler quelques temps en France avant de rentrer au village pour tenir sa promesse: épouser sa fiancée.

Antonina Szczech, une soeur de ma grand-mère, est venue travailler dans une ferme à Vicq, chez Monsieur et Madame Richard. ( 1930 à 1933)
La voici dans la cour de la ferme avec les enfants: Marie-Thérèse et Nicolas (? )
Antonina est rentrée à Straszydle après avoir travaillé trois ans dans cette ferme.

1930 ou 1931 (?)
Une photo qui réunit le  » clan » de Straszydle qui est venu travailler dans le Valenciennois.
De gauche à droite.
Janek Szczech, un neveu de mes grands-parents qui a vécu chez eux avant de partir s’installer dans la Loire à Roche-la-Molière, Jozef Filip, un ami de Janek reparti par la suite à Straszydle pour épouser sa fiancée, mon grand père Walek.
Antonina Szczech, une jeune soeur de ma grand-mère venue travailler trois ans à Vicq comme ouvrière agricole, ma maman Stefcia, ma grand-mère Zofia et Ignacy Rcazak, mon oncle.

Communion Ignacy Raczak
1931 ou 1932 (?)
Parfois, la photo de communion est le seul souvenir qui réunit une famille pour la postérité.
C’est le cas pour celle-ci, je n’en ai aucune autre regroupant ma petite maman Stefcia dans sa robe blanche, son frère Ignace et mes grands-parents, Zosia et Walek.
Après avoir travaillé à la Société des matériaux de construction de la Loisne en 1923, à Dourges pour les Houillères ( voies ferrées) en 1924, mon grand-père est devenu marchand ambulant (confection) en 1925 avant de retourner travailler dans les mines de Drocourt puis de Crespin ( au fond) de 1926 à 1929. Lorsque ma grand-mère le rejoint en France, il a quitté la mine pour devenir ouvrier (  » chef de tableau ») à Anzin Ugine Kuhlmann.
Déclaration marchand ambulant ( la nationalité est erronée, il n’a jamais été français… )
Quinzaine 1927 mines de Crespin
Certificat travail Ugine Kuhlmann
Valenciennois, milieu des années 30.
Bonifacy, un frère de notre babcia Zofia au mariage de l’une de ses filles.
Bonifacy Kopiec est derrière les mariés. Il a travaillé quelques années en France, à la mine avant d’avoir un accident. Ce chômage a impliqué un retour au pays.
Zofia est debout en noir en haut à gauche, seule, notre grand-père étant décédé .
A l’opposé, à droite, le jeune Ignace Raczak, notre oncle et assise près des mariés, notre maman Stefcia.